| Contact | Plan

Devenir interprète

Quand on discute de l'interprétation qu'un chanteur peut faire de telle ou telle œuvre, on emploie des expressions comme : être musicien, interprétation sensible, interprète créatif… Pour beaucoup d'entre vous, ces expressions sont parlantes, mais vous vous demandez en quoi on peut les rendre concrètes.

Dans cette page, mon but est d'essayer de vous faire sentir que ces notions recouvrent des réalités musicales et qu'il est possible de les acquérir.

Le travail que je réalise quotidiennement avec vous dans la 2ème partie des cours est destiné à mettre en place une méathode de travail et des réaflexes de créaativité. Dans cette page, mon but est d'essayer de vous faire sentir que ces notions recouvrent des réalités musicales et qu'il est possible de les acquérir.

Définir l'indéfinissable

Pour toute phrase musicale, on peut définir un certain nombre de paramètres qui vont la rendre plus agréable à écouter, plus émouvante… Je laisse volontairement de côté l'aspect technique vocale abordé dans les autres pages.

  • Texte : la prise en compte des accents toniques. Longueur intensité

  • Texte : la qualité d'articulation, le rapport longueur des consonnes et des voyelles

  • Texte : la ponctuation

  • Ligne mélodique : la capacité à déterminer les points d'appui

  • Ligne mélodique : la variation du volume

  • L'articulation

Les accents

C'est souvent une des faiblesses des nouveaux élèves : dans les langues étrangères, ils banalisent le texte en chantant tout au même niveau d'intensité et de longueur. Dans plusieurs langues (italien et anglais notamment), l'accent d'intensité ou de longueur est plus marqué qu'en français.

  • Quand vous prononcez le mot : «immense», vous réalisez un accent de longueur sur la première syllabe «im». cet accent sera d'autant plus long si vous désirez insister sur cet adjectif.

  • Quand vous dîtes : «I do this», vous réalisez un accent d'intensité sur «do». Contrairement à l'exemple précédent, la syllabe n'est pas allongée mais prononcée avec plus d'intensité.

La qualité d'articulation

On pourrait dire de façon simplifiée que passer du parler au chanter c'est allonger les voyelles. Cet allongement, qui peut devenir très important dans une vocalise, rend plus aléatoire la perception des consonnes et donc la compréhension. Un chanteur doit nécessairement «surligner» ces consonnes en leur donnant plus de projection.

La ponctuation

Lors de séances de travail sur la voix parlée, la question des micro-silences et de leur efficacité dans le discours est souvent abordée. De même pour la voix chantée, notre travail nous amènera à nous préoccuper de la ponctuation et de son utilité pour y placer des respirations.

La mélodie et ses appuis : hiérarchie des accents

Pour bien construire une phrase musicale, il faut pouvoir mettre en valeur la ou les notes les plus importantes. Souvent, on s'appuiera sur le texte pour les déterminer : tous les accents n'ont pas le même intérêt.

La mélodie et ses variations de volume

On pourra ainsi créer des variations de volume à l'intérieur d'une phrase : faire un crescendo jusqu'à l'accent important puis diminuer ensuite.

Sans oublier… le reste

D'autres paramètres existent pour donner tout son charme à une phrase musicale : je ne cite ici que les plus importants.

Certains le font spontanément

Chez certains d'entre vous, la capacité à prendre en compte ces éléments (la créativité donc !) est plus ou moins rapide, voire spontanée. Ce qui importe pour le pédagogue, c'est de pouvoir proposer aux autres des éléments d'interprétation qui leur permettent à eux aussi, de toucher, d'émouvoir.

Contact | Mentions légales