| Contact | Plan

Pourquoi on ne comprend pas certains chanteurs

L'allongement des voyelles

Dans la voix parlée, les voyelles sont courtes. Ce sont les consonnes qui portent l'articulation et nous permettent d'être compréhensible. Dans la voix chantée, les voyelles sont allongées car elles portent le son et la mélodie. Une phrase chantée dure plus longtemps que la même phrase parlée. C'est une des raisons pour laquelle il est plus difficile de percevoir la globalité des mots. C'est particulièrement notable dans certains répertoires où on vocalise plusieurs secondes sur la voyelle d'une syllabe.

Un des moyens de compenser cet état de fait est d'allonger des consonnes, c'est à dire de les doubler, même si l'orthographe du mot ne le mentionne pas. Cette pratique est connue et recommandée dès le 18ème siècle.

Le tessiture

La voix parlée utilise une partie seulement de la tessiture, celle dont l'émission demande le moins d'effort : le bas-medium. Plus on s'éloigne de cette zone, notamment vers l'aigu, plus la compréhension devient difficile. Il est facile de comprendre une chanteuse à texte qui est proche du parlé dans une chanson qui ne dépasse pas le medium de la voix. Il est beaucoup plus difficile de suivre le texte d'un chanteur rock dans l'aigu ou d'une chanteuse qui vocalise dans un répertoire lyrique.

Un phénomène, bien connu des acousticiens de la voix, est en effet à prendre en compte. Pour des raisons harmoniques, plus on va vers l'aigu, plus il est difficile de différencier les voyelles. Au dessus du fa3 (350 hz), la précision est aléatoire. Au dessus du mi4 (660 hz), on tend progressivement vers une voyelle unique. Autant dire que, dans les airs de la Reine de la nuit, très peu de syllabes sont compréhensibles (et qu'on y peut rien !). A ce phénomène s'ajoute la couverture des sons, qui provoque des transformations de voyelles par modification de l'espace pharyngé. Enfin, il faut noter que l'émission de certaines consonnes devient plus difficile avec l'aigu (les voisées fricatives en particulier).

Un exemple : une chanteuse souhaite chanter le i de lire. Le i est la plus petite des voyelles, c'est à dire nécessitant une très petite ouverture. Si elle reste dans le medium avec un volume modéré, cela lui sera possible. Si elle va vers l'aigu ou si elle augmente le volume sonore, il lui faudra ouvrir plus. La couleur de la voyelle sera alors transformée, le i se rapprochera du é.

Ceux d'entre vous que le sujet intéresse trouveront facilement des informations supplémentaires : je me limite ici à l'essentiel.

Les modifications liées à l'intensité sonore.

Les chanteurs privilégient, à forte intensité, le second formant (cavité buccale) et donc les voyelles articulées en position antérieure (i, é, è, o ouvert, a). Le rendement énergétique est meilleur, au détriment toutefois du nombre de positions vocaliques, divisé par 2 ou par 3. Ce phénomène est très sensible dans certaines musiques amplifiées type rock dur, métal.

Le respect des accents et du rythme de la langue

Pour être compris, il faut respecter les accents et le rythme de la langue. Toutes les langues sont accentuées, qu'il s'agisse d'accents de longueur ou d'accents d'intensité. C'est à dire que certaines syllables sont plus longues que d'autres, ou prononcées plus fortement. Ces accents créent le rythme d'une phrase. Plus la mélodie est proche de ce rythme naturel, plus la diction chantée paraÎtra naturelle.

La balance entre chant et accompagnement

On peut constater, depuis 20 ou 30 ans, une évolution dans le rapport chant-instrument. Pour les musiques actuelles, la balance sonore entre voix et instruments, en concert comme au disque, est de plus en plus défavorable au chant. Chaque instrument est mis au même niveau sonore que la voix. Dans ces conditions, on ne peut pas espérer comprendre grand chose du texte des chansons.

Dans le répertoire lyrique, on assiste à la phénomène comparable. Ecoutez une interprétation d'un opéra datant des années 50 et une interprétation récente. vous pourrez constater une présence de l'orchestre beaucoup plus marquée.

Les insuffisances de technique vocale

De manière générale, les dysfonctionnements vocaux sont plutôt nuisibles à la perception claire du texte chanté. Une voix trop ouverte nuira à la précision des voyelles, une voix très nasale ne permettra pas de distinguer un a d'un an. Un chanteur manquant de tonicité aura une articulation des consonnes insuffisante.

L'efficacité et la précision de l'articulation

L'articulation est liée au geste et à la tonicité.

Quand vous prononcez les consonnes f, s ou ch, le son est produit par la constriction du flux d'air provoqué par la position des lèvres et de la langue. Si votre tonicité abdominale est insuffisante, la pression de d'air sera trop basse et la consonne peu perceptible. Dans le cas du t ou du k, c'est la tonicité de la langue qui est essentielle. Le premier exercice que je donne à un nouvel élève est un exercice de tonicité abdominale.

Page mise à jour le 29/09/2021

Contact | Mentions légales